Tribune Vivre à Conflans – Mars 2016

LogoVAC

VAC n° 313 de Mars 2016

 

Sacrée gueule de bois !

Après avoir mis les conflanais devant le fait accompli, la mairie les informe, à sa manière, sur la nouvelle intercommunalité dénommée GPSO.
Présentation idyllique. Propagande ! Dans la vraie vie, les principaux pouvoirs municipaux passent à l’interco qui, de par sa composition, est en réalité un Conseil départemental bis.
La droite LR/UDI monopolise tout et l’autorité est entre les mains d’un seul personnage, Pierre Bédier, Président du Conseil départemental, habilement nommé 3ème Vice-président de l’assemblée communautaire. Le président en titre, Philippe Tautou, a seulement un rôle figuratif.
L’assemblée n’est qu’une chambre d’enregistrement.
Le coût de tout cela pour les contribuables ? 100 000 € mensuels d’indemnités :
Président 4400 €, Vice-présidents 2200 € x 15, Conseillers délégués 1100 € x 4, Conseillers 525 € x 105, à cumuler avec indemnités de maires, d’adjoints, de conseillers départementaux et établissements divers.
Pour la plupart, ce sont les mêmes qui dans leurs communes ou au conseil départemental prêchent la rigueur, baissent les subventions et augmentent les impôts : +8% sur les impôts locaux conflanais et +66 % sur la part départementale du foncier bâti.
Sans surprise, le Maire de Conflans a obtenu un titre de Vice-président qu’il cumule désormais avec son poste de conseiller départemental. Il est certainement le seul conflanais qui bénéficie de la perte d’autonomie de la Ville.

Aujourd’hui, les conflanais ont la gueule de bois…

Groupe Conflans Energie Populaire

Print Friendly
Facebooktwittergoogle_plusmail

Post Navigation