Tribune Vivre à Conflans – Juillet 2016

LogoVAC

VAC n° 317 Juillet 2016

 

Familles et enfants sacrifiés

La municipalité enjolive la réalité du scolaire et du périscolaire. La réalité est que les ateliers pédagogiques payants qui ont remplacé les nouvelles activités périscolaires gratuites sont si peu conformes qu’ils ne sont pas éligibles aux subventions de l’Etat.

La réalité ?

C’est que les enfants des familles qui ne peuvent pas payer, sont dans la rue dès 16 heures. C’est l’instauration de simples études surveillées à la place de l’ancienne aide aux devoirs. C’est le manque d’entretien des cours, locaux et toilettes par économie de personnel et de fournitures. C’est la suppression des ATSEM en grande section maternelle. C’est aussi la suppression des colonies de vacances.

Et puis, c’est la nouvelle modification des tarifs de cantine et d’ateliers qui favorise les plus riches. Les tarifs de cantine vont de 1 à 3 selon les revenus alors que, dans la vraie vie, les revenus vont de 1 à 7 entre les 10 % les plus modestes et les 10 % les plus aisés.
Les tarifs des plus riches ont été plafonnés alors que ceux payés par les plus démunis vont augmenter. Pour les centres de loisirs, certains tarifs triplent ! Une dégressivité de 1 à 10 serait plus juste.
Bilan : au tarif minimal, une femme seule avec deux enfants, gagnant 1200 Euros par mois, consacrera 13 % de ses revenus aux frais de cantine et de garderie jusqu’à 18h30. C’est trop alors qu’en haut de l’échelle l’effort est négligeable. Moins on gagne plus on paie, telle est la règle. Inadmissible !

Groupe Conflans Energie Populaire

Print Friendly
Facebooktwittergoogle_plusmail

Post Navigation