Communauté d’agglomération « Grand Paris Yvelines Seine Aval »

Déclaration de JP Lacombe pour le groupe des élu(e)s CEP sur la délibération portant sur l’approbation de l’arrêté du Préfet des Yvelines portant sur la création d’une Super aglomération nommé « Grand Paris Seine Aval » de 400000 habitants dans laquelle serait incluse Conflans Sainte Honorine.
Elle comprendra les communautés d’agglomération :

  • de Mantes-en-Yvelines (35 communes 113709 habitants)
  • des deux rives de la seine (12 commune 90800 habitants)
  • de Poissy-Achères-Conflans Sainte Honorine (3 communes 92850 habitants)
  • de Seine et Vexin (18 communes 66896 habitants)
  • des Coteaux du Vexin (3 communes 21507 habitants)
  • de Seine-Mauldre (3 communes 14093 habitants)

GransParisYvelinesSeineAval_gazette

(source carte ci-dessus : gazette du val d’oise)

GransParisYvelinesSeineAval

(source carte ci-dessus : http://www.jtm-info.fr/)

En l’espace d’un peu plus d’un an, nous sommes passés de la commune à échelle humaine d’environ 35 000 habitants (objectif garanti promis-juré à ne pas dépasser par la présente majorité LR/UDI lors des élections municipales de 2014), à une communauté de communes de 90 000 habitants, puis à une communauté d’agglomération et maintenant à une super-agglomération de plus de 400 000 habitants (alors que la loi n’oblige que 200 000 habitants). Le tout sans aucune concertation des habitants, selon des procédures purement formelles, technocratiques et administratives. Alors là, je dis bravo à nos politiques qui ont plein la bouche des mots de démocratie !
Ils ont également plein la bouche de proximité et de lutte contre l’affreux millefeuille. En fait de proximité ils s’éloignent de leurs territoires, ils se cooptent dans des instances incontrôlables, ils crèent des structures de plus en plus opaques. En fait de réduction du millefeuille, ils ne cessent de rajouter des couches administratives et politiques dans lesquelles les carrières, les intérêts personnels, les lobbies et partenariats privés variés et divers se multiplient et s’autojustifient. Un exemple parmi d’autres : le comité de pôle qui devait préfigurer la super-agglo et qui devrait logiquement disparaître à la création de la super-agglo mais auquel on trouve une utilité pour la suite. Bien-sûr pour faire fonctionner tout cela il faut du personnel, des locaux etc… etc…. N’importe qui ayant un peu travaillé dans sa vie sait que lorsqu’on crée une structure, quelle qu’elle soit, cela entraîne des coûts. Alors qu’on ne vienne pas nous parler d’économies de coûts ni d’économies d’échelle à partir du moment où tout s’ajoute et rien ne se retient.
Cette super-agglo est une véritable arnaque politique par la création artificielle d’un territoire qui en réalité est condamné à être non pas partie prenante du Grand Paris mais la banlieue du Grand Paris… d’où, au passage, le pari que nous pouvons prendre de passer rapidement à 600 000 habitants.

Nous disons « territoire artificiel »… c’est évident pour Conflans ! Le bassin de vie de Conflans n’a jamais été Les Mureaux, Mantes la Jolie, Flins, Bonnières… à peine Poissy. Conflans ça n’a jamais été exclusivement la Seine qui n’y fait que passer, qui existe aussi bien en amont qu’en aval ! Donc contrairement aux mots que l’on emploie Conflans n’a jamais été une « porte d’entrée ». Conflans est plutôt une porte de sortie de l’Oise et son destin est logiquement tourné sur l’Oise. Donc en termes de bassin de vie et d’utilisation d’équipements, la commune est tournée vers le Val d’Oise et l’agglomération de Cergy qui elle, est largement équipée.

C’est une très grave erreur d’avoir tourné le dos à cette réalité historique et géographique. Conflans en paiera l’addition en restant de toute façon à la marge d’un territoire qui se développera vers le mantois (d’ailleurs ce n’est pas un hasard si toutes les structures opérationnelles EPAMSA, AUDAS, SEM 78, et -ajoutons- les initiatives politiques viennent du mantois). Et cela se fait déjà en se laissant exploiter d’abord dans ses ressources mêmes. La pression mise sur l’exploitation intensive des carrières de sables et de gravillons sur la rive gauche en est la première phase. C’est un enjeu considérable dans lequel Conflans ne compte pas et ne sera pas défendu par la la super-agglo qui est très favorable à la suite (la plateforme multimodale de 400 hectares). Le destin final sera celui de supporter toutes les contraintes logistiques (notamment en termes routiers, transports et cadre de vie) d’une banlieue, à la fois banlieue du Grand Paris et banlieue de la super-agglomération Seine Aval.

Nous ne pouvons pas cautionner une telle orientation sous la seule présentation d’un développement idyllique créateur d’emplois hypothétiques.

Nous voterons contre cette délibération.

intervention de JP Lacombe pour le groupe CEP

Print Friendly
Facebooktwittergoogle_plusmail

Post Navigation