Tribune Vivre à Conflans – Novembre 2017

LogoVAC

VAC Novembre 2017

 
 

Point de mi-mandat

Les feuilles d’impôt arrivent. Chacun peut apprécier, dans son portefeuille, la fièvre qui s’est emparé des élu.e.s de l’équipe de Laurent Brosse et qui se traduit concrètement par une augmentation délirante de la pression fiscale! Tout cela alors même que la mairie se réduit comme une peau de chagrin avec le transfert de ses compétences à la Communauté urbaine GPSeO.
Au final, pour la ville peu d’investissements et pour les conflanais de moins en moins de services. Voyez l’état des rues, des trottoirs, des espaces verts, des cimetières. Voyez le degré de qualité des contacts avec la mairie et les délais de réponse. Nous ne cessons d’être alertés sur ces points et ce ne sont pas les agents de base qui sont les responsables mais l’organisation du travail qu’on leur impose et les moyens qu’on leur donne.

Au Conseil Municipal, l’opposition de gauche est représentée par deux groupes issus du Parti Socialiste et des Ecologistes: « Conflans Energie Populaire » et « Des Socialistes pour Conflans ».
La majorité de droite (LR, UDI, Modem) dirigée par Laurent Brosse est représentée par le groupe « Osons l’avenir » et est rejointe dans la plupart des votes par le groupe « Conflans au Naturel » (ex-Ervera/Esnol/Hatik) qui se revendique de la « Majorité présidentielle ».
Cela préfigure à peu près les prochaines échéances municipales, sous des appellations diverses, avec l’intervention probable de l’extrême-gauche et de l’extrême-droite, l’une et l’autre présentes à Conflans.

Groupe Conflans Energie Populaire

Facebooktwittergoogle_plusmail

Ciné Ville : d’abord une histoire de volonté

Texte de Jean Pierre Lacombe, conseiller municipal d’opposition du groupe « Conflans Energie Populaire » aux « amis du Ciné Ville » suite à la projection du film « A Voix Haute », qui a vu la grande salle refuser du monde !

« J’ai retrouvé, avec émotion, la foule des conflanais, hier soir, dans notre cinéma. Bravo aux bénévoles et amis de Ciné Ville pour leur lutte opiniâtre.

Pour ma part, à ma place, au Conseil Municipal, je me bats sans interruption depuis 2002 sous différentes mandatures, Lire la suite ici →

Facebooktwittergoogle_plusmail

Tribune Vivre à Conflans – Octobre 2017

LogoVAC

VAC Octobre 2017

 
 

La politique au pays de Oui-Oui

Le VAC est un outil (très bien fait) non pas d’information mais seulement de propagande.
Un beau paquet-cadeau qui enveloppe une politique municipale du « toujours moins de services pour plus d’impôts ».
Le n° de septembre est un modèle du genre, en particulier pour l’ode qui y est faite aux investissements.
En fait d’investissements, il n’y en a quasiment pas et nous le dénonçons à chaque budget depuis 3 ans.
Pour 2017, 6,4 millions d’ Euros en investissements (auxquels s’ajoute 1 million de subvention) pour 54 millions de recettes de fonctionnement.
Autre exemple, le remplacement de l’élu à la Jeunesse. Ce qui est caché est que l’élu sortant est démissionnaire avec pertes et fracas.
Et cette démission fait suite à de nombreuses autres démissions qui ont eu lieu au cours de ces trois années. Il en résulte que l’équipe municipale actuelle est très différente de la liste Laurent Brosse élue en 2014.
Cela démontre aussi que la majorité municipale n’est pas soudée et qu’il n’y a qu’une cohésion de façade.
Mais rassurons la droite conflanaise, l’équipe Laurent Brosse peut compter régulièrement, au conseil municipal, sur le renfort des voix du groupe « Conflans au Naturel » (ex Ervera-Esnol) qui agit, comme l’équipe Brosse, dans le cadre de la « Majorité Présidentielle » à Conflans comme à GPSeO.

Groupe Conflans Energie Populaire

Facebooktwittergoogle_plusmail

Tribune Vivre à Conflans – Juillet/Août 2017

LogoVAC

VAC Juillet/Août 2017

 
 

L’été meurtrier

Les mois d’été sont toujours le moment où se préparent les sales coups. Au plan gouvernemental c’est l’élaboration de la loi Macron El Khomri renforcée et les mesures fiscales qui pèseront davantage encore sur les classes moyennes. Que du classique et de l’ancien avec notre jeune président qui nous est vendu comme un produit nouveau… mais pour une politique bien réactionnaire.
Au plan municipal, et avec notre maire de droite qui a lui-même déclaré se retrouver chez Macron, c’est la continuité de la régression à tous les étages.
Exit le Ciné Ville et fermeture totale au dialogue malgré la protestation générale.
Menaces sur la médiathèque de rétrogradation en simple bibliothèque.
Menaces sur le conservatoire de musique qui pourrait se réduire en simple école municipale.
Abattage des tilleuls de la place du marché sur les quais pour un projet hautement contestable et contesté.
Dans les endroits les plus sensibles des projets et des immeubles qui poussent sans plan de cohérence d’ensemble et sans concertation avec les conflanais.
Conflans a mis des générations à construire une vie solidaire et originale qui fait son charme.
Aujourd’hui, c’est la gestion froide exclusivement comptable et sans ambition, soumise sans résistance à la communauté urbaine.
Le résultat, ce sera Conflans ville dortoir ! Les impôts locaux à eux seuls conduisent de vieux conflanais à vendre et poussent les jeunes à chercher à se loger ailleurs. Il faut une autre politique pour Conflans.

Groupe Conflans Energie Populaire

Facebooktwittergoogle_plusmail

Des nouvelles du conseil municipal – Mai 2017

Impôts locaux, Communauté urbaine GPSeO, Voirie conflanaise, Fermeture de Ciné Ville, Projets d’aménagement urbain, Législatives de juin :

Impôts locaux

Rappelez-vous les élections municipales de 2014. Elles ne sont pas si loin.
Laurent Brosse et son équipe promettaient de stabiliser les impôts, taxe d’habitation et taxes foncières, qu’ils jugeaient « insupportables ». Mais les promesses n’engagent que ceux qui y croient.
Dès 2015, ils les augmentaient de 8 %. Et en 2017, ils les augmentent à nouveau de… 13 %. Soit, au total une hausse cumulée de 22 % sans tenir compte de l’augmentation des bases fiscales (les valeurs locatives qui sont revalorisées chaque année nationalement par la loi de Finances).
Nous en sommes donc à plus de 22 % en moins de 3 ans !
Entre temps, en 2016, le Conseil départemental (ex-conseil général) dans lequel siège notre maire, a augmenté le taux sur sa part de… 66 %. En trois ans, ils ne nous ont laissé aucun répit.
Bon nombre de foyers conflanais n’en peuvent plus. Parmi les nombreuses catégories sociales victimes, les retraités sont particulièrement maltraités. Souvent veufs ou veuves propriétaires de leur pavillon acquis par leur travail, ils ne peuvent plus assumer. Et parmi les actifs, la majorité des foyers à petits et moyens revenus voient leurs impôts locaux atteindre le niveau de leur impôt sur le revenu, doublant ainsi la pression fiscale.
Conflans subit comme toutes les communes une baisse des dotations de l’Etat qu’il faut compenser d’une part par des économies et d’autre part par la fiscalité. Mais tout dépend des arbitrages réalisés. Nous estimons que la municipalité ne fait pas porter l’effort de réduction des dépenses sur les bons postes (par exemple les budgets communication, fêtes et cérémonies pourraient être diminués alors qu’ils sont préservés) et qu’elle charge trop la fiscalité. A dépenses équivalentes, elle aurait pu équilibrer le budget en augmentant les taux de seulement 3% au lieu des 13 % décidés.
Elle prévoit de dégager un excédent de plus de 2 millions d’Euros qui ne servira même pas à financer de nouveaux investissements. Car au budget 2017 ils sont pratiquement réduits à zéro. C’est inacceptable.

Communauté urbaine GPSeO

C’est un sujet compliqué et opaque. Les conflanais n’ont pas pleinement conscience de l’impact sur leur vie quotidienne de la création de cette gigantesque intercommunalité depuis le 1er janvier 2016. GPSeO est une immense structure qui s’étend de Conflans à Bonnières, soit 405 000 habitants.
Elle a un coût, payé par les contribuables. C’est à l’intercommunalité que va l’ancienne taxe professionnelle des entreprises. A travers la taxe d’habitation que vous payez désormais au taux de 21,63 % il y a 7,62 % pour GPSeO. Et ce n’est pas tout, Conflans verse à l’interco les coûts correspondant aux compétences transférées à GPSeO (telles que voirie, urbanisme, transports etc…) avec la conséquence que Conflans perd son pouvoir sur les opérations qui ont lieu sur son territoire. Oui c’est compliqué et sans contrôle démocratique. Et où est l’économie ?
GPSeO est gérée par une assemblée de 125 membres dont 1 président et 15 vice-présidents. Laurent Brosse est 5ème vice-président. L’ensemble de l’assemblée coûte 110.000 Euros par mois pour les seules indemnités d’élus. Le personnel affecté à GPSeO dépasse le millier. La communauté urbaine loue des locaux à Renault à Flins pour un montant que nous ignorons et y fait des travaux pour 1,06 millions d’Euros. Elle est à la recherche d’un site pour installer son siège actuellement situé à Aubergenville.
GPSeO… c’est une couche supplémentaire au millefeuille administratif.

Voirie conflanaise

Les rues et trottoirs de Conflans n’appartiennent plus à Conflans. La compétence des investissements et de l’entretien de la voirie est transférée à l’intercommunalité. C’est au siège et dans les bureaux éloignés (Aubergenville ? Flins?) que se font les choix et que sont décidées les interventions. Si vous avez un trou (et il y en a beaucoup) dans la chaussée en face de chez vous, les services de la mairie de Conflans passeront votre demande aux bureaux compétents de l’interco qui donneront mission d’intervenir aux services basés à… Conflans.
Ou comment faire simple quand on peut faire compliqué !

******

Voilà trois dossiers sur lesquels nous nous battons . Il y en a d’autres où la majorité actuelle prend des directions que nous estimons contraires à l’intérêt des conflanaises et des conflanais. La liste est déjà longue des mesures qui constituent des régressions de services à la population surtout en matière d’Education, de Culture et de Social.

Aujourd’hui, en plus de tous les contentieux que nous avons avec l’équipe majoritaire du Conseil Municipal, nous nous opposons fermement à la fermeture de Ciné Ville au 31 décembre prochain. Nous demandons le renouvellement normal de la convention d’exploitation pour 3 ans. Nous sommes solidaires du mouvement de protestation et de soutien qui s’est développé en ville et qui réunit à ce jour plus de 3400 signataires de pétition.

Nous sommes inquiets des projets d’aménagement urbain désormais sous la coupe de GPSeO concernant les quais entre Fouillère et Le Pointil ainsi que le gymnase Foch. Le projet du port multimodal Est, de 300 hectares face à Conflans, est toujours d’actualité ainsi que l’A104. Si ces deux projets se réalisent, c’est la mort assurée de Conflans. Déjà l’aménagement du port en partie Ouest sur Achères, sur 100 hectares face au confluent, permettra la construction de bâtiments industriels d’une hauteur de 20 mètres (soit 7 à 8 étages) et 40 mètres pour les silos et cheminées. Il y a vraiment de quoi s’inquiéter ! Or tout cela est présenté dans des réunions lénifiantes de soi-disant concertation, qui ne sont que de la com et de la manipulation.
Attention, notre cadre de vie est en danger ! Il est plus que jamais nécessaire que les citoyens se mobilisent pour la défense de leurs intérêts locaux.

Législatives de juin

Le 17 juin vous voterez pour élire votre député.
Nous soutenons la candidature de Ghislaine Senée, écologiste, et de Fabien Lemoine son suppléant, socialiste.
Maire d’Evecquemont et déléguée à l’assemblée de GPSeO, Ghislaine Senée anime avec courage et détermination l’opposition à la politique de la communauté urbaine.
Nous partageons son combat. En tant que candidate députée, elle est la seule capable de défendre les conflanais contre les désastres environnementaux qui nous menacent.

Tract visualisable/téléchargeable ICI

Facebooktwittergoogle_plusmail

Tribune Vivre à Conflans – Juin 2017

LogoVAC

VAC Juin 2017

 
 

Ce qu’il faut savoir

Présidentielle 1er tour :

Fillon candidat de Laurent Brosse arrive en 3ème position avec 17 % loin derrière Macron et Mélenchon. Le cumul des voix de Mélenchon et Hamon serait en tête. Cela tend à prouver qu’à Conflans, la droite ne s’est pas installée, n’a pas créé de dynamique et que la gauche doit s’unir. Au 2nd tour, le FN a obtenu un score inférieur au niveau national.

Impôts locaux :

En 2015 +8 %, en 2016 +66 % de la part départementale, et en 2017 +13 % de hausse. Pour faire passer la pilule une propagande intensive est faite dans le VAC et dans des réunions publiques assommantes de chiffres qui noient le poisson. Aucune concertation n’a été faite pour envisager d’autres voies que le matraquage fiscal et d’autres arbitrages. Selon nous, une hausse de 3 % aurait été suffisante pour équilibrer le budget et trouver des marges pour investir davantage. Hélas nous nous heurtons à un refus dogmatique de l’équipe en place, qui souhaite uniquement dégager des excédents pour rembourser la dette de manière anticipée, alors que celle-ci reste soutenable.

Ciné Ville :

Mort annoncée du Ciné Ville au 31 décembre. C’est une régression pour la culture, le loisir et le social. C’est une erreur d’aménagement urbain. Nous réfutons les arguments du maire. Nous réclamons le renouvellement de la convention pour 3 ans. Nous refusons la démolition de ce bâtiment classé. Nous appelons à la mobilisation des conflanais contre ce projet précipité.

Voirie :

Abandonnée à GPSeO.

Groupe Conflans Energie Populaire

Facebooktwittergoogle_plusmail

Ciné Ville : lettre ouverte des élu-e-s au maire

Vous trouverez ci-dessous la lettre ouverte que les élu-e-s Conflans Energie Populaire et Des socialistes pour Conflans ont adressé au maire à propos de la situation du Ciné Ville :

CineVilleLettreOuverteMaire_052017_p1

CineVilleLettreOuverteMaire_052017_p2

La lettre est visualisable/téléchargeable ICI

Facebooktwittergoogle_plusmail

Réunion publique Ghislaine Senée & Fabien Lemoine 23 mai Salle des fêtes

Le mardi 23 mai à 20h30, à la salle des fêtes de Conflans (place Romagné), venez rencontrez Ghislaine Senée et Fabien Lemoine, les candidats pour les élections législatives pour notre circonscription.

ReunionGSENEECONFLANS23MAI

Facebooktwittergoogle_plusmail

Ciné Ville… pourquoi tant d’acharnement à le faire disparaître ?

Vous trouverez ci-dessous le texte de la lettre ouverte que les conseillers municipaux de « Conflans Energie Populaire » (Gaël Callonnec, Jean-Pierre Lacombe, Milouda Latrèche) et de « Des socialistes pour Conflans » (Janine Lemaire-Vinouze, Sylvie Magnoux) ont adressé à Laurent Brosse :

Gaël Callonnec
Jean-Pierre Lacombe
Milouda Latrèche
Janine Lemaire-Vinouze
Sylvie Magnoux

à Monsieur Laurent Brosse
Maire de Conflans-Sainte-Honorine
Conseiller départemental
Vice-Président de GPSeO

Monsieur le Maire,

Nous dénonçons, une nouvelle fois, l’extrême légéreté avec laquelle vous-même et votre équipe municipale traitez le dossier du Ciné Ville et le mépris total que vous affichez pour l’opposition du Conseil Municipal et l’assemblée tout entière que vous privez de tout débat.
Les enjeux du Ciné Ville relèvent à la fois des domaines culturels, sociaux et d’aménagement urbain.
Ils sont de la compétence du Conseil Municipal et intéressent l’ensemble de la population.
Sur ce dossier, la majorité ne peut rester dans le secret et l’unilatéralisme.
Nous entendons les arguments que vous répandez dans votre propagande locale. Nous les réfutons.
Vous inquiétez la population au lieu d’organiser une concertation véritable. Votre attitude et celle de
vos élus mis en face de la situation et des avis différents relève même de la provocation.
Vous ironisez en demandant si le cinéma contribue effectivement à la dynamisation du centre ville en notant effectivement le délabrement du centre ville.
Mais ce n’est pas en faisant moins que l’on peut mieux équiper le centre ville… Lire la suite ici →

Facebooktwittergoogle_plusmail

Ciné Ville en danger

LogoCineVille
CineVilleGreve

Pétition à signer ICI pour sauver votre Ciné Ville

Nous reproduisons ci-dessous le texte des salariés et du directeur du CinéVille, paru dans dans la gazette programme du 26 avril au 2 mai 2017 (téléchargeable ici : couverture, page interne), suite à la situation de notre cinéma de centre ville dont l’avenir est menacé par la décision ulilatérale du maire Laurent Brosse de ne pas reconduire la convention à partir de fin 2017 :

Le mot des salariés


Chers spectateurs,
 

Quel avenir pour nous, employés de votre petit cinéma de centre ville?
A l’heure où nous rédigeons ces lignes nous sommes dans l’incertitude la plus totale.
Jusqu’à quelle date notre cinéma sera-t-il encore présent et actif? Sur ce point, aucune réponse ne nous a été officiellement donnée.
Pire, suite aux articles de presse sur la fermeture du Ciné.Ville, malgré un courrier à titre personnel d’un employé à la mairie en février dernier, malgré plusieurs relances téléphoniques de sa part et des promesses données à chaque fois de lui écrire rapidement, aucune réponse ne lui a été apportée à ce jour.
Est-ce une façon de traiter des personnes qui tous les jours de l’année, à Noël et autres autres jours fériés, tous les week-ends et 365 jours par an assurent le fonctionnement du Ciné.Ville qui nous est cher et vous y accueille?
Dans ce climat d’incertitude la plus totale sur l’avenir de notre salle et sur ce qu’il va advenir de nos emplois, nous hurlons STOP!!!
NON, nous ne pouvons plus continuer ainsi!
Nous avons toujours pris plaisir à vous recevoir, à nous battre pour vous proposer de bons et beaux films qui ne sont parfois diffusés nulle part ailleurs…. Nous prenons plaisir à organiser les anniversaires des enfants et à partager ces moments et notre savoir avec eux.
Mais voilà comment nous sommes traités et remerciés aujourd’hui….
Ne méritons-nous pas d’avoir l’assurance que nous serons licenciés dans les règles, et notamment que nous aurons les indemnités légalement dues qui en découlent si notre salle ferme?
Et bien il semblerait que NON!!!
Rien, néant total, aucune réponse à nos questionnements….
Sans autre solution, nous vous prions de bien vouloir nous excuser des conséquences désagréables pour vous et si possible de nous comprendre.
Car c’est le cœur lourd que nous vous annonçons, que nous, les employés du Ciné.Ville, n’avons d’autre choix que de nous mettre en grève pour une semaine à partir du 26 avril 2017.
Nous vous prions sincèrement de bien vouloir nous excuser pour cette situation probablement inédite, un cinéma en grève.


Les employés du Ciné.Ville

Le mot du directeur


Depuis que la municipalité a bien voulu me confier la délégation de l’exploitation du cinéma Ciné.Ville de Conflans en 2004, je n’ai jamais connu de conflit social collectif.
Depuis 1983 que je suis directeur, je n’ai jamais vécu une grève dans une salle de cinéma.
Etant simple délégataire de la gestion de cet établissement dont la Ville possède les murs et le fonds de commerce, je n’ai pas à me prononcer sur le principe de la cessation d’exploitation qui nous a été verbalement signifiée le 4 janvier 2017. Si je la regrette profondément, et surtout que tout n’ait pas été fait pour son maintien, ce n’est pas l’objet du présent conflit, qui porte uniquement le respect humain des formes à donner, et le respect des droits légitimes de tout salarié qui s’exprime présentement.
Je suis toutefois dans la totale incapacité de leur répondre, car bien que représentant l’association qui gère le cinéma, je ne sais toujours pas si va s’appliquer le terme légal de notre contrat d’occupation des locaux – le 30 juin 2017 – ou si je dois considérer valides quelques propos oraux ou articles de journaux évoquant le 31 décembre. Comment gérer ainsi un établissement ? Pour notre part nous serions prêt à signer encore pour une longue durée !
Nous voyons bien que cette technique, comme pour le théâtre Simone Signoret et d’autres, provoque une asphyxie du fonctionnement et une lassitude liée à l’incertitude due à l’absence de réponse et au manque de ressources, qui poussent les interlocuteurs au départ et à prendre des décisions que le pouvoir politique n’assume pas lui-même. Curieuse méthode de gestion des relations humaines, alors qu’il est si simple de négocier proprement.
Juridiquement délégataire de ce service public, notre association dispose de deux ressources financières : les recettes liées aux entrées, et une subvention municipale, en baisse de 15% depuis cinq ans, mais qui avait été présentée à 149.000 € pour un fonctionnement normal sur douze mois.
4,18 euros par an et par Conflanais, moins cher que le prix d’une place de cinéma – et d’ailleurs, nous avions proposé que celle-ci soit offerte en retour à tous - chacun jugera si le coût d’une activité culturelle et d’animation en centre ville est trop élevé, mais jamais le principe ni le niveau de la subvention n’a fait l’objet d’un débat avec aucun élu. Le problème n’est pas là.
Simplement, parce que personne ne nous l’a jamais demandé ni averti de la situation, nous n’avions pas budgété les coûts de cessation de l’activité, dont ceux de licenciement.
Je suis donc dans l’incapacité de pouvoir donner une réponse aux deux demandes légitimes et très minimalistes des salariés.


Claude Forest

Vous trouverez ici le mail et la lettre que Claude Forest a adressé le 22 avril aux conseillers municipaux suite au mouvement de grève des salariés du Ciné Ville.

Vous trouverez ici la lettre que les élu(e)s de « Conflans Energie Populaire » et de « Des Socialistes pour Conflans » ont conjointement adressée le 27 avril à Laurent Brosse pour lui demander le renouvellement de la convention avec Ciné Ville pour une nouvelle période de 3 ans.

Facebooktwittergoogle_plusmail