Tribune Vivre à Conflans – Février 2017

LogoVAC

VAC Février 2017

 
 

Droite extrême et extrême droite.

Nous souhaitons une heureuse année aux conflanaises et conflanais.

Collectivement 2017 sera l’élection du Président de la République et l’élection de notre député(e). Droite et gauche s’affrontent à nouveau. D’un côté une extrême droite et une droite extrême et de l’autre, des forces de gauche divisées. Il n’empêche qu’on ne peut trouver à droite la protection de notre modèle social ni le souci d’un développement prenant en compte les impératifs écologiques et environnementaux qui se présentent. C’est pourquoi nous engageons chacun et chacune à choisir leur candidat de gauche et à ne pas se laisser aller à l’abstention. S’abstenir c’est voter à l’extrême droite ou à la droite extrême qui sont à l’affût.

Au plan municipal, vos élus CEP se battent constamment sur cette ligne depuis 2014 contre une gestion dogmatique et à courte vue de la commune. Sans relâche, nous défendons d’autres choix pour une autre politique communale. Nous sommes opposés à la gigantesque intercommunalité dans laquelle on nous a noyés, aux augmentations d’impôts déraisonnables, aux arbitrages budgétaires injustes qui sacrifient le scolaire, le social, le culturel, le mouvement associatif, la solidarité et tout ce qui fait le tissu local. Nous sommes opposés aux choix d’aménagement urbain qu’on veut nous imposer et qui risquent de dégrader irrémédiablement notre cadre de vie.

Nous approchons du mi-mandat municipal. Entre eux et nous, les choses sont claires.

Groupe Conflans Energie Populaire

Facebooktwittergoogle_plusmail

Tribune Vivre à Conflans – Janvier 2017

LogoVAC

VAC Janvier 2017

 
 

Il y a urgence

Trop de conflanais ignorent la situation des réfugiés tibétains qui arrivent à Conflans.

Chassés par la colonisation chinoise de leur pays, hommes, femmes, parfois enfants, traversent clandestinement les montagnes, sans possibilité de retour, rejoignent Katmandou puis par un circuit de souffrances désormais établi se retrouvent à Conflans (que cela plaise ou non) où ils séjournent temporairement en attente de leurs papiers.

Pour les aider à Conflans, il n’y a que la charité privée.
D’abord celle de « La Pierre Blanche » du bateau « Je sers » qui fait un travail formidable.
Ensuite les bénévoles et les familles d’accueil.
La municipalité ne fait rien de significatif. Au contraire elle s’est empressée de démolir le local Eugène Le Corre qui avait servi d’abri le temps d’un hiver et elle a fermé les bains-douches.
Elle prétend ne pas avoir de locaux ni de moyens disponibles.

A ce jour « La Pierre Blanche » est débordée.
Près d’une centaine de tibétains sont sans hébergement et dorment dehors, abrités sous le préau de l’ancienne bourse d’affrêtement au Pointil. L’hiver est là.

img_20170101_162643 img_20170101_162340 img_20170101_162435

1er janvier 2017… réfugiés tibétains de Conflans… service minimum de la mairie et de l’Etat…
enfin une tente!!! mais pas de chauffage, faut quand même pas exagérer!

Nous avons désigné des locaux municipaux vides. La mairie les refuse sous des prétextes divers.
Elle ne prévoit que l’application éventuelle du dispositif légal et obligatoire « grand froid ».
Certes Conflans ne peut accueillir tout le monde mais notre commune doit prendre sa part et faire que les communes voisines, notamment celles de l’interco, participent. La municipalité doit agir!

Groupe Conflans Energie Populaire

Facebooktwittergoogle_plusmail

Le Conflans de demain se dessine aujourd’hui

Lors de la séance du 12 décembre 2016, la majorité municipale de droite a voté une délibération extrêmement importante pour l’avenir de Conflans. Elle a approuvé la signature d’une nouvelle convention avec l’établissement public foncier EPF d’Ile-de-France sur trois secteurs d’aménagement : le quartier Justice, la rue Désiré Clément et le secteur dit Bord de Seine.

Par cette convention, la commune associe l’EPF à ses projets d’aménagement urbain sous deux formes de mission :

  • la veille foncière qui permet de faire intervenir l’EPF pour l’acquisition de terrains en fonction des opportunités qui peuvent se présenter au fur et à mesure des mutations (mises en vente par leurs propriétaires). Cette mission de veille concerne les secteurs Justice et Désiré Clément. C’est la reprise pure et simple de la précédente convention entre la commune et l’EPF des Yvelines qui avait compétence sous le précédent mandat.

  • la maîtrise foncière qui permet à l’EPF d’acquérir « par tous les moyens » les terrains du secteur sans attendre l’évolution naturelle du marché. Cette mission de maîtrise foncière est nouvelle dans ce secteur dont il n’a jamais été question jusqu’à présent. Sous le mandat précédent ce dispositif a été appliqué pour le projet OTELO.

Il y a donc une distinction très nette à faire entre « veille foncière » plutôt orientée vers des études en vue de projets à élaborer à plus ou moins long terme et qui relève de la prospective et « maîtrise foncière » qui donne des moyens opérationnels en vue d’un projet défini et/ou proche.

Deux problèmes se posent à ce niveau :

  • d’une part, les élus, n’ont pas disposé pour le débat et pour le vote, des plans des secteurs concernés tant en veille qu’en maîtrise qui pourtant font partie des pièces contractuelles dont ils avaient eu normalement communication.
    Soit une information tronquée (*) des élu(e)s qui justifie la démarche que nous avons faite auprès du Sous-Préfet de Saint-Germain-en-Laye au titre du contrôle de légalité des actes administratifs. Pour la suite nous envisageons un recours en annulation devant le tribunal administratif.

  • d’autre part, si nous ne voyons pas de vraie volonté politique d’aménagement sur la Justice et Désiré Clément, nous constatons en revanche une volonté d’agir vite sur le secteur Bord de Seine sans qu’aucun projet ni une quelconque orientation d’aménagement n’ait jamais été concertés jusqu’à présent.
    Cela nous inquiète d’autant plus que les projets évoqués par le maire sur ces terrains soit 80 logements et un ensemble hôtelier correspondent à la politique générale de tourisme côté Fouillère et de densification des constructions côté quai Eugène Le Corre.
    Deux aménagements et orientations que nous contestons. Entre les deux se trouve le quai de la République avec les terrains boisés en bas des terrasses de la MJC et le terrain de la CAF, à proximité du château de Théméricourt. Or c’est bien de ce secteur dont il s’agit sous la dénomination « Bord de Seine ».

A cela s’ajoutent deux choses à ne pas évacuer :

  • Si la commune semble décider de son aménagement, ce n’est désormais plus qu’une façade car les compétences d’urbanisme et d’aménagement urbain ainsi que le développement commercial ont été transférés intégralement à la communauté urbaine GPSeO qui est maître d’ouvrage, décideur et financeur, la commune étant simple exécutant et, au mieux, maître d’ouvrage délégué, à voir au cas par cas par des conventions à signer pour chaque projet entre la commune et GPSe0.

  • La libération du terrain sur lesquels sont bâtis les locaux de la CAF qui hébergent la Sécurité Sociale fait partie du programme. La fermeture de l’établissement a été annoncée pour 2017.
    Si on relie cette information au projet d’urbanisme motivant la convention avec l’EPF, il est évident que la municipalité est au courant de la fermeture imminente de ces services publics dégageant les possibilités foncières. Or à aucun moment la municipalité n’a informé les élus ou la population de la disparition de ces services sur Conflans.
    Nous jugeons ce silence coupable.

Encore une fois, les élus et les citoyens sont mis devant le fait accompli, tant pour ce qui est de leur vie quotidienne (disparition de services publics) que pour leur cadre de vie (projets urbains).

Les enjeux de l’aménagement urbain sont considérables. Les décisions prises aujourd’hui ne sont pas visibles dans l’instant mais elles conditionnent l’avenir.
Les citoyens doivent s’en emparer et ne pas laisser cela aux technocrates ni même à des élus éloignés du terrain.

(*) mise à jour du 22/12/2016 : A la suite de la réclamation des élus du groupe CEP, le maire nous informe que, afin d’éviter tout litige, la convention avec l’EPFIdeF sera à nouveau soumise au vote du conseil municipal lors d’une prochaine séance.

Facebooktwittergoogle_plusmail

Alep : c’est une part de notre humanité qui a été ensevelie

Retour d’Alep de parlementaires français. Maintenant, dans toutes les guerres modernes, ce sont les civils qui n’ont jamais rien demandé à personne, qui meurent! La macro-politique, la rivalité USA/Russie, les guerres de religion… tout ça on s’en fout! Il y a des familles massacrées et celles qui restent sont en danger de mort. Il faut les évacuer. Il suffit d’un couloir humanitaire de quelques heures pour les laisser s’enfuir en abandonnant tout! Franchement, quelle cause peut valoir une telle ignominie ?

Vous trouverez ci-dessous un texte de Cécile Duflot, députée EELV, à son retour d’Alep :

Il pleuvait très fort sur Istanbul, le ciel était plombé d’une épaisse couche de nuages lorsque l’avion a décollé… et puis le soleil a frappé le hublot d’une lumière brûlante. Et cette phrase d’enfance qui te cogne « ils sont montés au ciel ».

Cette consolation que tu cherches et qui ne viendra jamais. Les morts d’Alep ne sont pas un « scandale », un « désastre humanitaire », une « flétrissure sur la communauté internationale » ils ont des prénoms, des vies, des histoires. Et ils n’auraient jamais dû mourir. Nous pouvions l’empêcher : cinq petits kilomètres pour permettre l’évacuation.

L’ONU existe car nous ne pouvons tolérer que l’on pourchasse des médecins, que l’on fusille des enfants, qu’un homme qui traverse un bombardement pour tenter de faire soigner sa fille revienne pour découvrir sa femme et ses autres enfants ensevelis sous les décombres.

Nous savions. Tout. Ils nous le racontaient en direct. Et nous ne l’avons pas empêché.

Il fallait aller là-bas parce que Brita Hagi Hassan, Maire d’Alep-Est nous l’avait demandé, en sachant parfaitement que c’était une minuscule goutte d’eau mais en refusant la résignation.

Que les civils assiégés sachent que certains ailleurs en Europe cherchaient une solution.
Que l’on voie de nos yeux l’immonde propagande qui voulait transformer des démocrates, laïques, qui avaient protégé par les armes la maison de retraite chrétienne d’Alep en islamistes qui empêchaient la population de partir alors qu’ils pouvaient fournir par écrit l’engagement du contraire de tous les groupes.

Je retrouve les notes prises quand il était question de nous décourager « très fermement » de partir : « Risque majeur d’enlèvement y compris à Gaziantep ou de perdre la vie, risque pas loin de 100% » mais les assassinats à Alep, les bombes au chlore qui étouffent encore plus vite les tout petits poumons ce n’était pas un « risque » mais une réalité.

Témoigner, comprendre, refuser la fatalité d’un massacre, c’est ce qui devrait nous faire humains, frères et sœurs.

Ce que je retiens de ces quelques jours c’est qu’il n’y a pas que les bombes qui tuent, il y a aussi le cynisme et la résignation.

C’est une part de notre humanité qui a été ensevelie avec les femmes, les hommes et les enfants d’Alep.

Cécile Duflot – députée Europe Ecologie Les Verts

Facebooktwittergoogle_plusmail

Tribune Vivre à Conflans – Décembre 2016

LogoVAC

VAC Décembre 2016

 
 

Pour le projet Fouillère, nous avons une grande différence d’approche avec l’équipe municipale en place.

Pour nous, le projet doit d’abord profiter aux Conflanais et accessoirement aux touristes. Or c’est l’inverse qui nous est présenté avec le bouleversement du paysage traditionnel résultant de l’inversion du parking et de la place du marché et le sacrifice de plusieurs tilleuls centenaires.
De cette « halte à touristes » seront exclus les petits commerces typiques de proximité au bénéfice des bars et brasseries.

Le quartier du centre-ville tout proche n’est qu’indirectement concerné et voit sa vitalité encore plus menacée par la disparition à craindre du seul lieu de loisir et de culture du secteur qu’est le Ciné-Ville.

En outre, ce projet orienté sur l’accueil de bateaux de tourisme à grand gabarit, de bus et d’automobiles sera source de pollutions supplémentaires.
Nous préférerions que les moyens considérables que GPSeO met dans ce projet soient redistribués dans un projet global quai de la République/centre ville respectueux de l’environnement, plus directement utile aux Conflanais et permettant de réaliser véritablement une zone attractive de chalandise.

Cette fin d’année sera marquée par les primaires de droite et de gauche à l’imitation des Etats-Unis qui pourtant nous montrent des dérives que nous pourrions nous épargner.
A gauche, pas de salut sans union de toutes les gauches. A notre petit niveau de groupe municipal, c’est ce que nous réalisons et ça marche !

Groupe Conflans Energie Populaire

Facebooktwittergoogle_plusmail

2016 : Trump … 2017 : Le Pen ?

libertestatue20161109

libertestatue1

Facebooktwittergoogle_plusmail

Tribune Vivre à Conflans – Novembre 2016

LogoVAC

VAC Novembre 2016

 

Premier bilan

En 3 ans quelles réalisations mettre à l’actif de la majorité municipale ? Il n’est perpétuellement question que de réductions des services aux conflanais en tapant sur tout ce qui fait le tissu d’une ville : le scolaire, la culture, la solidarité. Partout, avec eux, c’est le « toujours moins » et surtout à l’encontre des plus faibles.

Ils se plaignent des finances de la ville mais c’est dur pour toutes les communes qui subissent les diminutions des dotations de l’Etat. Cela oblige à faire des arbitrages dans les dépenses. Mais ils font les arbitrages aux mauvais endroits. Nous, nous préserverions le scolaire, la culture et le social. Nous réduirions les fêtes et la communication.

Ils se plaignent mais ils ont laissé filer les ressources de la ville, nos impôts, à la communauté urbaine GPSeO. Car la faiblesse de l’autofinancement qu’ils dénoncent, ils l’ont encore aggravée par ces transferts massifs de ressources qui sont autant de manque à gagner pour la commune.

Maintenant, toujours au titre de l’interco, c’est au personnel municipal qu’ils s’attaquent. Des centaines d’agents vont être transférés à GPSeO au 1er janvier 2017. Aucun d’entre eux ne sait rien de son sort à cette date ! Qui ? Où ? Emploi ? Conditions de travail ? Avenir ?

Voilà la droite au pouvoir. Une belle propagande externe (ah ! le VAC) qui dissimule une politique technocratique et autoritaire. Les parents d’élèves l’ont encore constaté le mois dernier qui n’ont pu se faire entendre du maire.

Groupe Conflans Energie Populaire

Facebooktwittergoogle_plusmail

Tribune Vivre à Conflans – Octobre 2016

LogoVAC

VAC Octobre 2016

 

Coups en douce

Deux mauvais coups du Maire cet été : l’appel aux dons privés pour sauver Ciné-Ville qui n’est que l’avis de la mort annoncée du cinéma de quartier et l’annonce de la fermeture définitive des bains-douches municipaux. Une nouvelle fois, après une longue série de mesures aussi autoritaires que régressives, on tape sur l’associatif, la culture et le social. Ainsi va la gestion d’une droite dogmatique et sans état d’âme, ignorante du terrain.

Sur Ciné-Ville nous nous sommes déjà exprimés. Ce type de cinéma ne peut survivre sans un soutien municipal. C’est une chance de pouvoir en disposer en centre ville. C’est une gestion, une programmation et un public différents du multiplexe. Le fermer c’est ouvrir la porte aux promoteurs privés qui sont prêts à démolir et à bétonner le quartier de la mairie pour leurs plus grands profits.

Les bains-douches existent depuis les années 30 soit près de 90 ans et 15 mandatures municipales successives. Ils répondaient à des besoins pour les populations batelières et rurales puis ouvrières. Ils ont toujours fonctionné sans discontinuer et sans soucis particuliers. Aujourd’hui de nouveaux besoins sont apparus : logements sans confort du parc ancien, gens du voyage, sdf, migrants. Cela, le maire veut l’ignorer et raye d’un trait de plume, violemment, ce que ses prédécesseurs, de droite et de gauche, ont fait. C’est beaucoup de mépris et de contentement de soi ! Les victimes ? Toujours les mêmes, les plus faibles, les plus fragiles.

Groupe Conflans Energie Populaire

Facebooktwittergoogle_plusmail

Tribune Vivre à Conflans – Septembre 2016

LogoVAC

VAC Septembre 2016

 

Rentrée vigilante

Plus de deux mois ont passé depuis le décès de Michel Rocard. Ce n’est plus d’actualité pour les médias. En termes politiques ça le reste car Michel Rocard nous laisse une morale et une pratique de la politique qui ont valeur d’exemple. De l’inquiétude pour la planète à la construction de solidarités de terrain pour plus de justice sociale telle est la voie qu’il nous montre.

Comme l’a reconnu le maire dans son allocution sur les marches de la mairie, le 4 juillet, notre commune vit encore dans la dynamique initiée par Michel Rocard. Et pourtant c’est ce même maire qui s’emploie par ses décisions à détricoter ce qui fait le vivre ensemble à Conflans.

Les associations sportives et culturelles ont payé un lourd tribut aux restrictions budgétaires. Le Social et le Scolaire souffrent aussi particulièrement. En cette période de rentrée, nous dénonçons les tarifs inéquitables de restauration scolaire qui épargnent les foyers les plus fortunés par le jeu du plafonnement des revenus. Nous désapprouvons les tarifs des activités périscolaires dont certains doublent et triplent !

En octobre aura lieu la restitution de la pseudo-concertation sur l’aménagement de la place Fouillère. En réalité simple opération de communication pour faire entériner par les conflanais un projet touristique de l’intercommunalité déjà ficelé. Nous voulons un aménagement pour les conflanais, respectueux du paysage traditionnel et non pas un décor de cinéma pour touristes de passage.

Groupe Conflans Energie Populaire

Facebooktwittergoogle_plusmail

Hommage à Michel Rocard

rocard_2

Le décès de Michel Rocard a été particulièrement ressenti par les conflanaises et les conflanais qui savent ce que notre commune lui doit.
La transformation de la petite cité que nous étions en une ville complètement équipée et une vitalité fondée sur la solidarité, l’associatif et la confiance dans les possibilités et le respect de chacun. Avec lui ce fut une belle aventure.
Qui n’a pas eu l’occasion de le vérifier, un jour ou l’autre, en se présentant comme habitant de Conflans-Sainte-Honorine pour s’être entendu répondre « Ah, oui, la ville de Michel Rocard » ? Il n’y a pas de plus bel hommage populaire.
Mais Michel Rocard c’était avant tout et surtout un homme d’État visionnaire comme il y en a peu dans un siècle. Non pas seulement un penseur mais aussi un acteur qui voyait haut et loin, les évolutions et bouleversements politiques qu’il anticipait mais aussi les grands bouleversements climatiques et de l’environnement.
En ce sens il fut aussi parmi les précurseurs qui ont introduit la problématique de l’Ecologie, son étude et ses solutions dans l’approche politique. Oui, avec lui c’était la Politique avec un grand P… et tout cela avec la plus grande modestie et l’ouverture aux autres. Il tirait tout vers le haut quand trop souvent tout nous tire vers le bas.
C’est en cela qu’il restera pour tous une leçon.

Gaël Callonnec
Milouda Latrèche
Jean-Pierre Lacombe

Un hommage public à Michel Rocard sera rendu lundi 4 juillet à 20 heures devant la mairie. Accès libre.

Facebooktwittergoogle_plusmail